Colloque : Japon, l’après désastre

Japon, l’après désastre
20 mars 2012

Résumé des interventions

Matin

Image 2

  • Michaël FERRIER, Fukushima, récit d’un désastre :  un an après, une  “demi-vie” nucléaire.

Nous nous interrogerons sur la manière dont la  catastrophe a d’ores et déjà  inauguré une nouvelle ère dans la vie quotidienne et les rapports sociaux. A partir du concept de “demi-vie”, nous tâcherons de décrire mais aussi de commencer à penser les différentes mutations en cours, afin de faire apparaître les nouvelles logiques (commerciales, politiques et symboliques) qui y président. Enfin, et quelque paradoxal que cela puisse apparaître dans ce contexte de catastrophe, nous  insisterons sur le rôle que pourrait ou que devrait jouer la littérature au sein du nouvel agencement qui est en train de se mettre en place.

  • Kolin KOBAYASHI, Un an après Fukushima : la lutte contre la contamination radioactive

 Après un bilan général de l’accident nucléaire, seront abordées les questions de la position du gouvernement et de la réalité vécue au quotidien par la population de Fukushima. Comment se protéger contre la radioactivité ? Comment vivre avec ?  A Fukushima comme à Tchernobyl, l’enjeu majeur est aujourd’hui de vivre avec la radioactivité, et de reconnaître la contamination à faibles doses.

  • Nanako INABA, Voir les mouvements des « Sans » pour comprendre la situation sociale après l’accident nucléaire

Après la catastrophe de Fukushima, les mouvements sociaux de la pauvreté et de l’exclusion sociale, dits mouvements des “Sans” (syndicat des travailleurs journaliers de Tokyo et syndicat des jeunes précaires) ont manifesté leur solidarité avec les habitants des zones contaminées et les travailleurs des centrales nucéaires de Fukushima. Leur logique se différencie des mouvements anti-nucléaires de Tokyo qui s’appuient sur le sentiment d’insécurité  et la peur d’une extension de la contamination radioactive vers la capitale. Les revendications des mouvements des “Sans” peuvent aider à voir comment construire une société dans la radioactivité permanente.

  • Film documentaire de 26 mn,  Fukushima, un an après, de  David Zavaglia

Un an après l’accident nucléaire, plus d’un million de personnes vivent dans des zones contaminées par les radiations. Nous sommes partis à la rencontre des victimes de l’accident, agriculteurs, pêcheurs, simples citoyens, pour voir comment elles tentent de réorganiser leur vie, mais aussi évaluer les menaces qui pèsent sur leur santé.

——–

Après-midi

  • Tsutomu IYORI, Comment les Japonais ont envisagé la reconstruction après les grandes catastrophes depuis 1923? et en 2011 ?

Depuis le grand tremblement de terre du Kantô en 1923, le Japon a connu plusieurs destructions matérielles et sociales de villes et de régions.  Mais des formes d’urbanisme identiques ont été adoptées pour la reconstruction, avec un même contrôle administratif du Gouvernement central. Aujourd’hui, la reconstruction et la réhabilitation sociale de villes et de régions aussi vastes et diverses pourrait-elle  se  faire par la même méthode ?

  • Shin Omae, Tôhoku : un état des lieux, le coût de la reconstruction (en anglais)

The earthquake of 3.11.2011 caused an enormous damage to the Tohoku (northeastern region of Japan). The damage (houses and buildings, infrastructure: roads, floodwalls etc.) is estimated to 20 thousand billions yen or 200 billions euro by the authorities. How to finance the recovery cost is very critical issue for the future of Japanese economy. I will discuss about two major arguments upon how to finance it. One is tax raise and the other is government bond to be directly taken up by the Bank of Japan referring the historical experience of Kanto earthquake of 1923.  Also, I will talk about how differently the people in the devastated area behaved in both occasions.

  • Murielle HLADIK, Recoudre le tissu urbain, renouer le lien social

Après la phase de l’intervention d’urgence, va venir la phase post-catastrophe de la reconstruction. Se pose alors, sur ces terrains par nature précaires, la question de la sécurité. Comment renouer et recoudre le lien social qui existait auparavant sur ces terres aujourd’hui dévastées ? Quels sont les enjeux éthiques, économiques, environnementaux et sociaux de la reconstruction ?  Peut-on envisager un  « risque zéro » ?  Un certain nombre d’initiatives locales mises en place sont menées par les architectes et les urbanistes, mais aussi, dans un registre différent, par les artistes et les historiens du patrimoine. L’ensemble de ces actions visant, avant tout et dans la mesure du possible, la reconstruction du lien social disloqué.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
japonkiso (20 mars 2012). Colloque : Japon, l’après désastre. Dialogues avec le Japon. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjp8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.