Conférence : La démocratie au Japon

Généalogie de la démocratie au Japon :
« prise de conscience » de l’histoire de l’Asie orientale,
selon Oe Kenzaburo, Itami, Watanabe

『伊丹万作・渡辺一夫・大江健三郎 : 日本の民主主義者
と東アジアにおけるいわゆる歴史認識問題』

par
Makiyo HORI
Professeur en Science politique
Université de Waseda, Tokyo

vendredi 4 octobre 2013, à 17h

Fondation Maison des sciences de l’homme
190 avenue de France    Paris 13e    Salle 640

 

  • Résumé :

Alors que nos politiciens se réjouissent du choix de Tokyo pour les Jeux olympiques 2020, de graves problèmes s’accumulent, concernant notamment la prise de conscience  de l’histoire de la dernière Guerre, et la « reconstruction » de la région de Fukushima. Les points de vue de démocrates japonais comme Itami Mansaku, Watanabe Kazuo et Ôe Kenzaburô permettent d’amorcer  une réflexion sur  cette «prise de conscience de l’histoire ».
Actuellement, la question des « femmes de réconfort » (jûgun-ianfu) soulève de nombreux débats, tant en Corée que dans les pays occidentaux, ce qui montre l’insuffisance de réflexion  au Japon sur son expansion coloniale, ses responsabilités dans la guerre, et le problème des indemnisations. La population japonaise n’appréhende cette période que de façon lacunaire, ce qui entraîne des protestations de la part des Coréens et des Chinois, qui exigent reconnaissance des responsabilités et de la dette morale et économique que les Japonais doivent assumer.
Comment pouvons-nous recevoir, voire dépasser, les leçons de l’Histoire ? Je propose d’y réfléchir, en m’appuyant sur « Premiers essais  pour une démocratie au Japon » (Genten de yomu nihon no democrashî ronshû, paru en 2013 à Tokyo), consacré à 125 ans de progrès de la pensée démocratique au Japon.
J’évoquerai ici les auteurs qui ont contribué à la démocratisation du Japon par une critique du militarisme et de la mentalité d’obéissance et par le rappel de la responsabilité du pays dans la guerre, en vue de comprendre les efforts accomplis vers la démocratisation après-guerre.
Sans volonté de démocratisation, il semble que le pays ne peut parvenir à une vraie réflexion sur lui-même. En prenant la mesure de cette volonté de démocratisation, nous pourrions avancer dans le sens d’une « prise de conscience de l’histoire ».

 

Conférence en japonais, avec traduction consécutive en français
Entrée libre dans la mesure des places disponibles
Organisation et contact : 01 49 54 20 26    jcobbi(at)msh-paris.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.