Table ronde : Deux ans après, comment vivent-ils à Fukushima ?

Table ronde du 29 mars 2013 

Deux ans après, comment vivent-ils à Fukushima ? 

 

Deux ans après la triple catastrophe du 11 mars 2011  (séisme magnitude 9, tsunami, accident nucléaire à Fukushima), où 20.000 personnes ont trouvé la mort,  des milliers d’autres sont restées traumatisées,  blessées,  désemparées, isolées.
La situation s’est-elle améliorée depuis pour les habitants de la région ? En particulier pour les 160.000 personnes déplacées ou réfugiées (dont 60.000 hors du département de Fukushima), d’après les chiffres du gouvernement japonais ?
Il ne fait aucun doute que le Japon pourra se redresser économiquement de cette catastrophe. Il en a les moyens, et le budget qui lui manque, il le trouve auprès de la population, par le moyen des bons d’emprunt  de nombreux épargnants.
Mais la catastrophe humaine et sociale ?
« Le drame de Fukushima nous convie à ne pas juger le nucléaire en termes uniquement économiques mais éthiques. On ne peut pas mettre sur le même plan les deux registres. »  dit fermement OE  Kenzaburo, prix Nobel de littérature 1994.
Cet organisateur de la campagne « Adieu au nucléaire »  écrit aussi :  « Qui oserait aujourd’hui garantir que ce qui s’est produit à Fukushima ne se reproduira plus ? »
Comment évaluer  les lourdes consequences de ce désastre,  visibles ou invisibles ?
Comment faire face aux multiples problèmes, matériels, sociaux, humains ?
Nul ne peut donner une réponse aujourd’hui, mais nous pouvons, nous voulons y penser sérieusement, et nous saisir de ces questions cruciales, en interrogeant des témoins directs et des spécialistes.
Nous avons sollicité des professeurs et chercheurs qui continuent leurs investigations sur place, et nous apportent des données objectives, ainsi que des membres d’ONG  qui nous communiquent des informations de première main sur la situation dans la région.

 

Table ronde du 29 mars, 14 – 18h

Organisation : Programme Japon,  Fondation Maison des Sciences de l’Homme,

190 avenue de France 75013 Paris  Métro Quai de la Gare, Ligne 6

 

– Hazuki  ISHIDA, professeur d’économie en énergie, Université de Fukushima
« Le problème de l’exposition à de faibles doses d’irradiation.  Le point de vue d’un habitant de la préfecture de Fukushima, économiste énergétique »

– Cécile ASANUMA-BRICE, Chercheur associé à l’Institut français de recherche sur le Japon, Maison Franco-Japonaise, Tokyo
 » Faut-il se résigner à la résilience ?  -L’assignation à demeure d’une population en péril- »

– Rina KOJIMA, doctorante, assistante de recherche à l’Institut de Technologie de Tokyo  » (titulaire d’un master 2 Erasmus Mundus 2012 «Traumatisme causé par la catastrophe du 11 mars au Japon »)
« Des victimes face à un choix compliqué : partir, rester ou retourner à Fukushima? « 

– Aya MARUMORI,  Executive Director of CRMS ( Citizens’ Radioactivity Measurement Station)
« Données sur la santé de la population de Fukushima ».

– Hiroyuki YOSHINO (ONG: Fukushima Network for Saving Children from Radiation)
« La vie des enfants de Fukushima, aujourd’hui » 

 Discutant :  Kolin KOBAYASHI (journaliste indépendant, francophone)